Comment identifier son type de voix ?

Si vous désirez faire partie d’une chorale, vous devez absolument connaître votre type de voix. Vous avez certainement déjà entendu des termes comme « ténor » ou encore « soprano »… Mais si vous ne savez pas exactement à quoi ils correspondent, vous risquez de rencontrer des difficultés au moment de situer votre propre catégorie. Voici quelques conseils pour mieux vous aider à vous connaître !

Bien comprendre les tessitures de voix

Il existe un outil pour tester sa voix en ligne, développé par les laboratoires Boiron. Sur ce site web, on précise bien que si chaque voix est unique, il est possible de les classer en fonction de leur tonalité, plutôt grave ou plutôt aigüe.

Concrètement, chez l’homme, il existe trois tessitures :

  • La basse est la plus grave. On peut la comparer au son provoqué par un trombone. Dans cette catégorie, on peut distinguer les basses chantantes des basses bouffes et des basses profondes.
  • Le baryton est le plus répandu. Il est assez proche du cor français.
  • Le ténor est à la fois populaire et rare. Ce sont des voix remarquablement originales pour un homme, que l’on peut classifier selon trois nuances différentes : le ténor léger, le ténor lyrique et le ténor dramatique.

Les voix des femmes se divisent elles aussi en trois tessitures :

  • L’alto est la plus grave, comparable au registre d’une clarinette et très chaude.
  • La mezzo-soprano est ce que l’on appelle une tessiture moyenne, comparable au son du hautbois. Ici aussi, on peut trouver plusieurs types de voix mezzo-soprano : léger, lyrique et dramatique.
  • La soprano est une voix enfantine, proche du violon. On l’apprécie pour sa légèreté légendaire.

Notez qu’il existe d’autres tessitures beaucoup plus rares : le contre-ténor chez les hommes, très aigu, et la haute-contre.

Comment identifier votre tessiture de voix ?

Si vous avez décidé d’apprendre à chanter à Toulouse, vous éprouvez logiquement l’envie de savoir quel est votre registre. Concrètement, chaque personne se pose spontanément sur l’une de ces tessitures au moment d’entonner une chanson. Celle que vous utilisez le plus naturellement, sans effectuer d’efforts particuliers, est la vôtre.

Sans diapason et sans instrument, chantez et vous identifierez votre tessiture. Bien évidemment, si vous n’avez pas l’oreille afin de tirer ces conclusions, il faut demander à votre professeur d’effectuer ce test avec vous.

Une fois que vous vous serez bien entraîné et que vous aurez pris une certaine aisance, vous serez capable d’élargir votre registre et de chanter en respectant plusieurs tessitures. Mais vous conserverez un confort supérieur sur celle à laquelle vous êtes le plus habitué, celle qui est la vôtre de manière innée.

Comment sortir de sa zone de confort et chanter autrement ?

Beaucoup de chanteurs ambitionnent d’étendre leur tessiture vocale, afin de pouvoir se lancer sur un répertoire encore plus diversifié. Afin d’y parvenir, seul le travail compte : il faut absolument faire preuve de rigueur et de régularité dans ses entraînements.

Très concrètement, si vous parvenez à élargir votre tessiture, vous ressentirez moins de gêne au moment de chanter un titre qui n’est pourtant pas à votre portée initialement. Plus simplement, ce développement de vos capacités vous aide à chanter davantage de chansonssans vous sentir freiné par vos compétences.

Votre professeur de chant peut vous conseiller des exercices adaptés, en fonction de vos objectifs (chanter plus grave ou plus haut). Par exemple, on peut travailler sur les voyelles en les prononçant de différentes manières. Bien évidemment, afin de vous donner toutes les chances de réussir, vous devez aussi maîtriser toutes les bases du chant (respiration, justesse, posture, échauffement, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *