Posted in Santé, Médecine et Bien-être

Nouvelle preuve que la narcolepsie est une maladie auto-immune

Nouvelle preuve que la narcolepsie est une maladie auto-immune Posted on 22 mars 2019Leave a comment

Résumé: Des cellules T CD8 cytotoxiques autoréactives ont été détectées chez des personnes atteintes de narcolepsie de type 1. La découverte suggère que les niveaux de réactivité des cellules T, associés à l’expression de gènes spécifiques, pourraient stimuler le développement de NT1.

Source: Université de Copenhague

Des chercheurs de l’Université de Copenhague ont découvert des cellules autoréactives chez des personnes souffrant de narcolepsie. Ceci est une nouvelle preuve importante que le trouble du sommeil est une maladie auto-immune. Cette connaissance pourrait conduire à un meilleur traitement de la maladie chronique, estiment les chercheurs à l’origine de cette nouvelle découverte.

Les scientifiques s’attendent depuis de nombreuses années à ce que la narcolepsie des troubles du sommeil soit une maladie auto-immune, sans toutefois pouvoir le prouver de manière concluante. Des chercheurs de la faculté des sciences de la santé et des sciences médicales de l’université de Copenhague ainsi que de l’université technique du Danemark et de Rigshospitalet ont découvert une nouvelle preuve importante attestant l’exactitude de leurs hypothèses. Les nouveaux résultats de recherche ont été publiés dans la revue scientifique Nature Communications .

«Nous avons trouvé des cellules T CD8 cytotoxiques autoréactives dans le sang de patients atteints de narcolepsie. C’est-à-dire que les cellules reconnaissent les neurones qui produisent l’hypocrétine qui régule l’état de veille d’une personne. Cela ne prouve pas que ce sont eux qui ont tué les neurones, mais c’est un pas en avant important. Nous savons maintenant à quoi servent les cellules », déclare la professeure agrégée Birgitte Rahbek Kornum du département de neuroscience.

Le système immunitaire est conçu pour reconnaître les virus et les bactéries. Lorsque ses cellules sont autoréactives – ce qui est le cas dans les maladies auto-immunes – le système immunitaire reconnaît les propres cellules du corps et les attaque. Le fait qu’elles soient cytotoxiques signifie qu’elles sont capables de tuer d’autres cellules. Chez la plupart des patients atteints de narcolepsie, les neurones qui produisent l’hypocrétine et régulent ainsi notre état de veille ont été détruits.

Dans l’étude, les chercheurs ont étudié et analysé des échantillons de sang de 20 personnes atteintes de narcolepsie. En outre, ils ont analysé des échantillons de sang provenant d’un groupe témoin de 52 personnes en bonne santé. Dans la quasi-totalité des 20 patients atteints de narcolepsie, les chercheurs ont découvert des lymphocytes T CD8 autoréactifs. Cependant, l’autoréactivité n’a pas été trouvée uniquement chez les personnes souffrant de troubles du sommeil. Les chercheurs ont également découvert des cellules autoréactives chez de nombreux individus en bonne santé. L’image est adaptée de la vidéo de l’Université de Copenhague.

«Pour tuer d’autres cellules, par exemple les neurones producteurs d’hypocrétine, les lymphocytes T CD4 et CD8 doivent généralement fonctionner ensemble. En 2018, les scientifiques ont découvert des cellules T CD4 autoréactives chez des patients atteints de narcolepsie. C’était vraiment la première preuve que la narcolepsie était en fait une maladie auto-immune. Maintenant, nous avons fourni une preuve supplémentaire et importante: les cellules T CD8 sont également autoréactives », déclare Birgitte Rahbek Kornum.

Des cellules autoréactives ont également été trouvées chez des individus en bonne santé

Dans l’étude, les chercheurs ont étudié et analysé des échantillons de sang de 20 personnes atteintes de narcolepsie. En outre, ils ont analysé des échantillons de sang provenant d’un groupe témoin de 52 personnes en bonne santé. Dans la quasi-totalité des 20 patients atteints de narcolepsie, les chercheurs ont découvert des lymphocytes T CD8 autoréactifs. Cependant, l’autoréactivité n’a pas été trouvée uniquement chez les personnes souffrant de troubles du sommeil. Les chercheurs ont également découvert des cellules autoréactives chez de nombreux individus en bonne santé.

«Nous avons également trouvé des cellules autoréactives chez certains des individus en bonne santé, mais ici, les cellules n’ont probablement pas été activées. C’est quelque chose que nous voyons de plus en plus souvent avec l’auto-immunité – qu’elle est en sommeil en chacun de nous, mais n’est pas activée en tout le monde. La prochaine grande énigme consiste à apprendre ce qui les active », déclare Birgitte Rahbek Kornum

Crédit vidéo: Université de Copenhague.

Selon Birgitte Rahbek Kornum, la découverte de cellules autoréactives chez des individus en bonne santé souligne également la théorie selon laquelle quelque chose doit déclencher une narcolepsie et activer une autoréactivité. Les scientifiques ne savent toujours pas ce qui cause la maladie. Ils s’attendent à une combinaison de génétique, de cellules autoréactives et d’une forme de déclencheur pour provoquer la maladie, par exemple une infection virale. La maladie peut être traitée médicalement aujourd’hui, mais les nouveaux résultats de la recherche pourraient ouvrir la voie à des traitements encore meilleurs.

«Nous nous concentrerons probablement davantage sur le traitement de la narcolepsie par des médicaments qui atténueraient le système immunitaire. Cela a toutefois déjà été tenté, car l’hypothèse selon laquelle il s’agit d’une maladie auto-immune existe depuis de nombreuses années. Mais maintenant que nous savons que cela dépend des lymphocytes T, nous pouvons commencer à cibler et rendre les traitements immunitaires encore plus efficaces et précis », a déclaré Birgitte Rahbek Kornum.

Remarque:

* Il existe deux types de narcolepsie. Les personnes atteintes du type 1, qui est la forme la plus courante, n’ont pas de substance émettrice, l’hypocrétine, qui régule l’état de veille, et souffrent de cataplexie, à savoir une brève perte de contrôle musculaire.

* Les personnes atteintes du type 2 ne manquent pas d’hypocrétine et ne souffrent pas de cataplexie. Néanmoins, ils présentent les mêmes symptômes que les patients de type 1. Dans cette étude, les chercheurs se sont concentrés sur le type 1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *